Titre

 

 

Esthétique du cocotier

Esthétique du cocotier est un petit livre doux-amer, qui tente de s'élever contre une vision touristique et réductrice de la Guadeloupe qui, cela va sans dire, m'a toujours agacée.

J'ai d'abord choisi un titre qui réunissait deux notions a priori en décalage de valeur culturelle : on associe l'esthétique aux hautes sphères de la philosophie de l'art, mais le cocotier...
Sur la couverture, comme un clin d'œil, un pictogramme représentant ce symbole éculé du farniente a été ajouté à ceux qui ornent les appareils photo compacts : photo au flash, mode macro, retardateur, batterie. Une fois enclenché le mode cocotier, on peut donc faire directement de belles cartes postales.

Esthétique du cocotier est ainsi un recueil de cartes postales véritablement détachables et expédiables par la Poste grâce aux espaces réservés à l'adresse et au timbre. De plus, au verso de la majorité des cartes sont imprimés des textes provenant de diférents auteurs.

Ci-dessus : Vue d'une page / carte postale et détail du verso avec les perforations permettant de la détacher.

Ces textes sont principalement des extraits d'essais - engagés et parfois même exaltés - sur l'identité antillaise, comme Eloge de la créolité, des auteurs Bernabé, Chamoiseau et Confiant (Gallimard, 1993) et le Discours antillais d'Edouard Glissant (Seuil, 1981). Ils structurent le livre qui est, par ailleurs, émaillé de citations des poètes Joseph Zobel, Philippe Soupault et Guy Tirolien. J'ai également écrit quelques textes courts.

A l'image de la réalité, qui n'est jamais ni totalement négative ni totalement belle, le ton et le style des textes choisis est tantôt poétique et léger, tantôt revendicateur et enflammé.

   

Chacune des cartes peut être lue et comprise individuellement. Un mot extrait du texte du verso apparaît en surimpression sur la photo. Le choix de ces mots, ainsi que l'ordre dans lequel les cartes sont présentées créent un lien de sens entre elles : on peut donc tout à fait lire Esthétique du cocotier d'un bout à l'autre, comme un livre.


Ci-dessus : les mots mis sur en avant sur la carte de droite, « Bien grillé ! » sont une réponse directe au texte présent au verso de la carte précédente, où il est question d'écouter un cri.

Le parcours ouvert par les textes amène le lecteur, par cercles progressifs, à passer des idées reçues et des préjugés raciaux à une découverte de plus en plus profonde des problématiques identitaires antillaises. Les photos choisies accompagnent en douceur les textes, tout en montrant sans complaisance ni exagération le hors-champ de l'île carte postale : les HLM et les fleurs, les animaux écrasés sur les routes et les splendeurs des nuages, les visages soucieux et la beauté des couleurs.

Chat
Route antillaise, in Esthétique du cocotier


 

Merci à Elise Debouny pour sa collaboration au graphisme du livre, et à l'imprimerie Clerbault pour les précieux conseils techniques.